Comment débuter dans le bikepacking ?

À mi-chemin entre la randonnée et le cyclotourisme, le bikepacking constitue un choix amusant pour les cyclistes, les couples et les familles qui se déplacent ensemble.
Cette activité permet de parcourir plus de kilomètres que la simple randonnée, et d’accéder à des sentiers et chemins de terre inaccessibles à d’autres véhicules. Les randonnées vont de la balade avec nuitée jusqu’à la traversée intégrale d’un pays.

Si vous souhaitez vous lancer dans le bikepacking, cet article de notre guide complet dédié au bikepacking devrait vous plaire !

GUIDE DU BIKEPACKING – NOS AUTRES ARTICLES
👉 Planifier son voyage en bikepacking
👉 Comment bien remplir ses sacoches pour le bikepacking

Le choix du vélo pour le bikepacking

Vous avez besoin d’un vélo capable d’affronter le terrain que vous choisissez. Vous pouvez le louer ou bien l’acheter si vous pensez devenir un habitué !

De nombreuses destinations de bikepacking sont accessibles par des chemins forestiers ou des sentiers singletrack, ce qui fait du vélo gravel le choix idéal. Mais pratiquement tous les vélos qui peuvent être équipés de porte-bagages et/ou de sacoches de rangement peuvent être utilisés. De nouvelles poignées ou de nouveaux embouts de guidon peuvent être ajoutés pour améliorer le confort pendant les longues journées.

Les fervents adeptes du bikepacking peuvent adapter leur vélo à leur style de conduite ou au terrain, mais la plupart des améliorations visent à minimiser l’entretien ou à maximiser le confort. Nous reviendrons plus en détails sur le choix d’un bon vélo de bikepacking dans un article dédié.

Notez cependant que l’idéal est de posséder un vélo qui est équipé d’oeillets à différents endroits du cadre et de la fourche. Cela vous aidera à accrocher vos sacoches de bikepacking.

Comment transporter votre équipement en bikepacking ?

Les bikepackers transportent le même matériel que les randonneurs pédestres, ainsi que des outils et des chambres à air de rechange pour le vélo. Heureusement, il y a plus d’endroits où transporter le matériel sur un vélo.

Contrairement aux randonneurs, vous ne devez pas porter beaucoup de poids sur votre dos. Au lieu de cela, la majeure partie du poids doit être placée le plus bas possible sur le vélo. Cela améliore la maniabilité du vélo et le confort de conduite.

Par exemple, pour un débutant qui souhaite tester le bikepacking le temps d’un weekend (1 nuit), voici un équipement typique :

  • Une sacoche de selle ou une sacoche accrochée sur le porte-bagages arrière : Pour contenir des objets plus lourds.
  • La sacoche de guidon: Pour les objets légers à moyennement encombrants (par exemple, une tente, un matelas, des vêtements).
  • Le porte-bidon: Permet de maintenir le poids de l’eau à un niveau bas et centré.
    Sacoches : Facultatives pour les objets lourds (eau, nourriture, réchaud, etc.).
  • Remorques de vélo : Facultatif pour les équipements de groupe ou de famille, ou pour les articles très lourds.

Les adeptes du bikepacking qui parcourent des sentiers recherchent une approche plus rationalisée. Les sacoches de part et d’autre du vélo ne sont pas utilisées car elles sont trop larges pour être endommagées sur les sentiers étroits. Le porte-bagages arrière est laissé de côté pour gagner du poids et réduire les risques de défaillance mécanique.


Voici un équipement typique pour un bikepacker plus expérimenté

  • Une grande sacoche de selle : Pour les objets légers et encombrants.
    Sacoche de guidon : Pour les articles légers à moyennement encombrants (par exemple, tente, matelas, vêtements) ou pour le matériel nécessaire rapidement (par exemple, carte, appareil photo, GPS).
  • Porte-bidon : Certains cyclistes fixent un porte-bidon supplémentaire sous le tube diagonal ou sur la fourche.
  • Une sacoche de cadre :Pratique pour les objets lourds, la nourriture ou les outils.
  • Une sacoche pour le top tube : Pour les en-cas ou l’appareil photo…pratique car très accessible

De nombreux cyclistes deviennent experts dans l’art d’attacher du matériel au vélo à l’aide de sangles ou de réutiliser des articles pour répondre à leurs besoins. Une tente, par exemple, peut être attachée à plusieurs guidons. Un bento peut être placé à l’arrière du tube supérieur. Presque tout le monde expérimente, dans une certaine mesure, pour voir quelle configuration d’équipement fonctionne le mieux.

Quel équipement (indispensable) pour le bikepacking ?

Votre équipement de randonnée à vélo devrait comprendre les articles habituels de randonnée, comme un sac de couchage, une tente, un réchaud, des couverts

En plus du matériel de randonnée, les cyclotouristes doivent emporter quelques articles de base : un casque, un kit de réparation de pneus, des chambres à air de rechange et un outil multifonctionnel comprenant un outil pour la chaîne.

Pour les voyages de longue durée, il faut ajouter du lubrifiant pour chaîne, des maillons de chaîne, des câbles de rechange et même un cadenas léger pour les arrêts de ravitaillement en ville.

Autres conseils en matière d’équipement : Renforcez la protection contre les crevaisons en utilisant des revêtements de pneus et des produits d’étanchéité. Vous roulez dans l’obscurité ? Utilisez une lampe de vélo à haut rendement (montée sur votre casque ou votre guidon) en complément de votre lampe frontale pour le camping.

Les cuissards et les gants rembourrés rendent les randonnées plus confortables, et les chaussures de VTT compatibles SPD (si vous utilisez des pédales automatiques) maximisent l’efficacité du pédalage et permettent de marcher normalement. Gardez à l’esprit que le poids supplémentaire peut vous faire marcher plus que d’habitude, alors évitez les chaussures de vélo de route avec des semelles très rigides ou une traction limitée.

Prévoyez une paire supplémentaire de chaussures décontractées pour le camp et les jours de repos. Il est également conseillé d’emporter une petite bâche pour protéger votre vélo en cas de mauvais temps.

Quelle distance parcourir et comment planifier mon itinéraire de bikepacking ?

En règle générale, les cyclistes peuvent parcourir trois fois plus de distance que s’ils parcouraient le même itinéraire à pied. La distance réelle varie bien sûr en fonction de l’itinéraire et de l’individu. N’exagérez pas la distance ; prenez le temps d’apprécier le paysage et l’itinéraire.

Nous avons dédié cet article à la planification d’un séjour en bikepacking pour tout comprendre sur l’organisation, le tracer etc.

Le Bikepacking signifie que vous porterez votre propre poids et celui de votre équipement. Il faut donc prendre des précautions supplémentaires.

  • Limitez votre vitesse, surtout dans les descentes.
  • Prévoyez des distances de freinage plus longues.
  • Laisser plus d’espace pour les virages.
  • Roulez avec un rapport de vitesse plus faible que d’habitude pour réduire la fatigue.
  • Pour supporter le poids supplémentaire, ajoutez un peu plus d’air à vos pneus et à votre suspension pneumatique (si vous en avez)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *