Comment choisir son éclairage de vélo pour le bikepacking ?

Que vous fassiez du vélo en plein jour, au crépuscule, à l’aube ou la nuit, cela n’a pas d’importance. Les éclairages de vélo sont un accessoire indispensable qui augmentent votre visibilité et permettent aux autres usagers de la route de vous voir.

Nous allons dans cet article vous expliquer comment bien choisir les éclairages de votre vélo lors d’un séjour en bikepacking ou cyclotourisme, mais également quelles caractéristiques sont les plus importantes.

L’éclairage est-il obligatoire à vélo ?

En France, les cyclistes doivent légalement utiliser des feux arrière et avant lorsqu’ils roulent de nuit ou dans l’obscurité. Bien que les exigences varient d’un État ou d’un territoire à l’autre, la règle générale en matière de circulation est la suivante : Un feu blanc à l’avant, visible à au moins 200 mètres, un feu rouge à l’arrière, visible à au moins 50 mètres, et un réflecteur rouge visible à l’arrière du vélo à 50 mètres.

Ne pas respecter ces obligations est puni par une amende pouvant aller jusqu’à 38 €. En général, il s’agit d’une amende forfaitaire de 11 €.

Il est important de respecter les lois et réglementations locales concernant les feux de vélo. En général, les feux avant doivent être blancs et les feux arrière rouges. Les feux doivent être visibles à une certaine distance et ne pas gêner les autres usagers de la route. Si vous voyagez à l’étranger, vous devez vous renseigner avant de partir.

Comment et quand utiliser son éclairage à vélo ?

Vous devez utiliser les feux de votre vélo dans des conditions de faible luminosité ou la nuit.

Dans le cas contraire, des sanctions peuvent s’appliquer. L’utilisation des feux de vélo le jour n’est pas obligatoire, mais elle vous permettra d’être plus visible pour les conducteurs qui ont une mauvaise vision périphérique. En choisissant des feux de vélo dont la séquence de clignotement est simple, vous améliorerez votre visibilité pour les autres usagers de la route et les piétons.

Ce qu’il faut rechercher lors de l’achat d’une lampe de vélo

Lorsque vous achetez une lampe de vélo, vous devez prendre en compte les caractéristiques et avantages suivants :

  • Quel type d’activité allez-vous pratiquer ? Trajets urbains, routes ouvertes et/ou sentiers non éclairés ?
  • Quelle est la puissance en lumens des feux avant et arrière ?
  • Niveau de résistance à l’eau – résistant à l’eau ou étanche ?
  • Facilité d’utilisation – est-il facile à monter sur votre vélo ?
  • Chargement – faut-il un câble ? Est-il rechargeable par USB ?
  • Quels sont les modes d’éclairage disponibles et est-ce qu’ils répondent à vos besoins ?
  • Utilisez-vous les lumières sur la route ou en dehors de la route ? Les vélos de route ont besoin d’une lumière qui se concentre sur l’avant, tandis que les vélos tout-terrain ont besoin d’une lumière plus large pour éclairer les rochers, les racines des arbres et d’autres obstacles.

Où faut-il accrocher ses feux sur son vélo ?

Pour obtenir une visibilité maximale, les feux de vélo doivent être montés aux endroits suivants :

  • Les feux arrière : Les endroits les plus courants sont la tige de selle, le dessous de la selle ou le porte-bagages. Ils doivent être visibles si vous transportez des sacs ou des sacoches.
  • Éclairage avant du vélo : Ils doivent être montés à la bonne hauteur pour réduire les ombres et améliorer la visibilité. Les endroits les plus courants sont le guidon, le tube de direction, la fourche ou le porte-bagages avant.

Quelle doit être la luminosité des feux de vélo ?

La luminosité des feux de vélo est mesurée en lumens, l’unité SI officielle qui calcule la quantité de lumière émise par une source lumineuse. Si vous circulez à vélo dans des zones bien éclairées, un éclairage à faible luminosité est idéal. En revanche, les feux de vélo ont besoin d’un nombre de lumens plus élevé, de plus de 600 lumens, si les lieux ne sont pas éclairés ou si vous roulez dans l’obscurité. L’éclairage arrière du vélo a généralement une intensité lumineuse inférieure à celle de l’éclairage avant.

Un autre élément important à prendre en compte est la durée de fonctionnement d’un éclairage de vélo avant qu’il ne doive être rechargé. L’achat d’un éclairage de vélo dont l’autonomie est supérieure à la durée moyenne de votre trajet vous permettra d’avoir de l’énergie en réserve. C’est l’idéal si vous devez vous arrêter pour réparer une crevaison ou prendre un détour inattendu. Le fait d’emporter un éclairage de rechange entièrement chargé vous permettra de rouler en toute sécurité si votre éclairage principal ne fonctionne pas.

Lorsque vous achetez des feux de vélo, posez-vous les questions suivantes :

  • Où est-ce que j’utilise mon vélo ? Les courts trajets domicile-travail ou les trajets en ville ne nécessitent que des éclairages de vélo à courte durée de fonctionnement, tandis qu’un voyage à vélo en bikepacking nécessitera des heures de fonctionnement plus longues.

* Que dois-je voir ? Selon les endroits où vous roulez, vous voulez voir des piétons, la route au loin, les obstacles…

* Qui doit me voir ? Les cyclistes préfèrent un faisceau lumineux unique et constant, car les collisions sont moins probables. Les cyclistes en ville doivent utiliser un faisceau pulsé et clignotant pour que les bus, les camions, les voitures et les autres cyclistes puissent les voir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *